Megaphone Tour à L'Improbable Librairie à Saint Genest d'Ambière

Au top
dimanche 15 novembre 2015 19:30
Saint-Genest-d'Ambière, France
2015 se termine en beauté avec le retour du Mégaphone Tour dans le Sud Ouest de la France. Le dispositif d’aide à la tournée pour les artistes francophones, en développement revient avec trois nouveaux artistes. Le « caravansérail », un ancien bus scolaire transformé en tour bus et studio d’enregistrement, sillonnera les routes du sud-ouest de la France avec à son bord : Jesers, Bertrand Louis et Hildebrandt Jesers Auteur interprète de la nouvelle scène française, Jesers est un amoureux des mots et de leurs sens. Issu d’une incroyable famille de musiciens disséminés entre Praia, Dakar, Londres et New York, son goût pour le bel ouvrage le conduit naturellement à l’art de la mosaïque, du verbe et du rythme. Citoyen et conteur aux racines métissées, son univers musical est une rencontre entre plusieurs cultures, un voyage en chanson world emprunte de poésie urbaine. Avec son nouvel opus «J’aimerais qu’on sème», il nous invite à bord d’un nuancier coloré et positif dans lequel il aborde ses racines, de la France à L’Afrique, du Cap Vert au Sénégal, pour tracer des horizons tous liés aux événements de notre monde et où l’importance des mots illuminent les rimes. Bertrand Louis Bertrand Louis chante le sulfureux et controversé Philippe Muray dans une formule sobre, intimiste, et élégante d'où la jubilation rock'n'roll n'est pas exclue. Une symphonie misanthrope aussi féroce qu’attendrissante, aussi acrobatique que désinvolte, qui évoque tout à la fois la détestation du monde et l’amour d’une femme. Une formule qui n'est pas sans rappeler le Songs For Drella de Lou Reed et John Cale. Avec Bertrand Louis: piano/voix et Jérôme Castel: guitare électrique.. Bertrand Louis a également travaillé pour d’autres chanteurs en tant qu’auteur, compositeur ou réalisateur : Jane Birkin, Lisa Portelli, Philippe Barbot... (Album Coup de Coeur de l'Académie Chrles Cros et fff Télérama) Hildebrandt Hildebrandt chante aujourd’hui l’ode à tout ce qu’on cache, aux sous-vêtements. Des serments sous l’épiderme, derrière son air bonhomme, il se dévoile et prend le grand large. A l’abordage de l’Angleterre et de sa pop moire, en quête d’une écriture au sobre couplet-pont-refrain et ça marche fort. Formidablement accrocheuse, sa chanson joue certes la division de la joie mais sait aussi danser. Sans jamais savoir bien dire d’où vient le vent, Hildebrandt va loin au-dedans et file dans des territoires où se mélangent les sentiments. On lui reconnaîtra comme B.A.BA ses pairs d’armes et frères de lettres Bashung, Ané, Belin, Arno. Il foule, sentimental, la scène, accompagné de ses deux fidèles lieutenants aux guitares, et s’empare entre claviers et machines de la lumière.