Exposition Max Charvolen « Frontières et passages »

Au top
jeudi 08 octobre 2015 16:00
vendredi 09 octobre 2015 14:30
samedi 10 octobre 2015 14:30
lundi 12 octobre 2015 14:30
mardi 13 octobre 2015 14:30
mercredi 14 octobre 2015 14:30
jeudi 15 octobre 2015 14:30
vendredi 16 octobre 2015 14:30
samedi 17 octobre 2015 14:30
lundi 19 octobre 2015 14:30
mardi 20 octobre 2015 14:30
mercredi 21 octobre 2015 14:30
jeudi 22 octobre 2015 14:30
vendredi 23 octobre 2015 14:30
samedi 24 octobre 2015 14:30
lundi 26 octobre 2015 14:30
mardi 27 octobre 2015 14:30
mercredi 28 octobre 2015 14:30
jeudi 29 octobre 2015 14:30
vendredi 30 octobre 2015 14:30
samedi 31 octobre 2015 14:30
6 Rue Dr Jacques Guidoni, 06000 Nice, France
Vernissage jeudi 8 octobre de 16h à 21h. Exposition jusqu'au 31 octobre 2015. Du lundi au samedi de 14h30 à 18h30. Entrée libre. A l’occasion de sa première exposition personnelle à la galerie Depardieu, Max Charvolen présente des oeuvres récentes réalisées depuis 2014. Son oeuvre se structure selon trois axes problématiques principaux : les éléments de la peinture, l'espace, la représentation. Au travaux des années 60-70 centrés sur la toile et ses diverses modiications par découpes, pliages, couture, colorations et se servant du format du tableau comme modèle, succèdent, à partir de 1979, les oeuvres modelées sur bâtis et objets. Depuis cette date il fragmente la toile par découpe avant de la recomposer sur des objets ou espaces bâtis dont il met ensuite la igure à plat. La coloration devient alors un moyen de différencier et de mettre au regard tel ou tel élément de l'oeuvre : processus, volume, périmètre, limites et bords. Une partie de son travail s'intéresse aux variations des mises à plat possibles d'un même volume en recourant au calcul et au dessin numérique. Jean Petitot a pu analyser son projet comme un renversement de la perspective classique : là où la peinture cherchait à donner en deux dimensions l'illusion de la profondeur, Max Charvolen donne à voir, à l'échelle 1, dans la réalité des deux dimensions, le souvenir des trois dimensions. Ce faisant, il "traite de la représentation sans passer par la iguration" et donne de nouveaux formats et de nouvelles raisons à nos espaces symboliques. Raphaël Monticelli Les oeuvres qui sont présentées à la galerie Depardieu sont un choix parmi celles qui ont été réalisées lors de résidences dans les villes d’Eysines en juillet 2014 et de Vallauris en 2014/2015. Pour la première résidence Max Charvolen a choisi de travailler dans l’espace urbain de la ville sur divers type de bâtiments (Publics et privés) en recouvrant de fragments de toiles collés des parties d’architectures telles que les accès aux bâtiments (seuils, façades...). Pour la seconde résidence l’artiste a travaillé à l’intérieur des bâtiments (cage d’escalier...) et dans les appartements sur des espaces restreints comme la rencontre d‘une cloison avec un dormant de porte et son sol. Par la suite les pièces ont été décollées, mises à plat, pour être présentées dans leur dernier état.