Surprenants Herbiers ! Trésors vivants, d’ici et d’ailleurs

Au top
vendredi 13 mars 2015 20:00
Colmar, France
Une conférence est programmée au musée d'Histoire Naturelle et d'Ethnographie de Colmar de la rue Turenne. Elle se déroulera le vendredi 13 mars à 20h. Intitulée « les plantes dans tous ses états en Alsace », elle permettra au public de se rendre compte de la valeur et du rôle important des végétaux tout au long de la vie de l’être humain avec deux passionnés des plantes. Bernard Stoehr, Commissaire de l’exposition, Botaniste, Bryologue, Membre du Conseil Scientifique Régional du patrimoine naturel d’Alsace, Pasteur, et Gérard Leser, Historien Folkloriste qui explore depuis de longues années les croyances populaires et le légendaire de l’Alsace, Président de la Société d’Histoire du Val et de la Ville de Munster entretissent approche naturaliste et approche culturelle. Gérard Leser explique : En Alsace, comme ailleurs, les plantes font partie de la vie quotidienne et de l'environnement naturel immédiat. Elles nous nourrissent, nous apportent de la joie par leur beauté et leur présence, et elles nous habillent grâce à leurs fibres. Leurs formes sont fascinantes, de la mousse à peine visible jusqu'aux arbres immenses qui trônent dans nos forêts, et dont le bois donne naissance à nos meubles et nous chauffe lors des longues journées d'hiver. Le botaniste étudie toutes les formes de manifestation des plantes et en identifie les diverses espèces, des prairies de la plaine du Rhin aux pâturages des Hautes Chaumes. Chaque biotope a son type de végétation. Les plantes jouent aussi un rôle important dans les rites, coutumes et croyances de notre région. Elles sont chargées d'une valeur symbolique en fonction des étapes de la vie ou du déroulement de l'année liturgique. C'est le cas du sapin de Noël, connu depuis le XVIème siècle, du bouquet des Rameaux béni par le prêtre lors du dimanche des Rameaux, et du Ninkrittermüas, la bouillie aux neufs plantes, lié au jeudi saint, Griandonnerstig. La joubarbe, die Dàchwùrzel, protège la maison de la foudre. Quant au marcaire, qui passe l’été dans sa ferme d'altitude, il se méfie du bois gentil, Seidelbàscht, dont les tiges contiennent des toxines, et l'aconit aux belles fleurs bleues peut vous faire passer de vie à trépas si vous l'ingérez. Le lait est filtré avant sa transformation en fromage avec le Barlapmoos, le lycopode qui pousse sur la crête vosgienne... D'autres végétaux avaient une fonction magique, le plus célèbre étant la mandragore, ou Alrün. Les plantes décorent, protègent, et guérissent. Elles font depuis longtemps partie de la pharmacopée traditionnelle. Chaque ferme se devait d'avoir son jardin potager complété par les "simples", appelées à la rescousse en cas de maladie ou de refroidissement. Aujourd'hui la phytothérapie utilise avec succès les vertus positives du monde végétal. L’accès à la conférence est ouvert à tout public gratuitement et sans inscription préalable. L’adhésion en tant que membre de la Société d’Histoire Naturelle est vivement souhaitée pour soutenir l’organisation de passionnantes conférences et sorties et de développer le musée. »